10 biais cognitifs…

… A l’usage des manipulateurs (et des manipulés) !

  1. Biais de confirmation : Une personne ayant des opinions politiques conservatrices ne recherche que des informations qui soutiennent ses propres convictions et ignore les preuves contradictoires.
  2. Biais de disponibilité : Après avoir vu des reportages sur des accidents d’avion, une personne peut surestimer le risque de voler en avion par rapport à d’autres moyens de transport plus sûrs.
  3. Biais de représentativité : En voyant un étudiant porter des lunettes et lire un livre, on peut supposer qu’il est très intelligent, basant cette conclusion sur des stéréotypes plutôt que sur des preuves réelles.
  4. Biais de complaisance : Les joueurs de casino peuvent se souvenir davantage de leurs gains que de leurs pertes, ce qui les pousse à surestimer leurs chances de gagner à nouveau.
  5. Biais de survie : En se concentrant uniquement sur les exemples de réussite dans le domaine des affaires, on peut sous-estimer les risques et la probabilité d’échec dans une entreprise entrepreneuriale.
  6. Biais de récence : Lorsqu’on évalue la performance d’un employé, on accorde plus d’importance aux événements récents plutôt qu’à l’ensemble de son travail sur une période plus longue.
  7. Biais d’ancrage : Une personne peut être influencée par le premier nombre qu’elle entend lors d’une négociation, même si ce nombre est complètement arbitraire.
  8. Biais de statu quo : Les personnes ont tendance à préférer la continuité par rapport au changement, même si le statu quo n’est pas optimal.
  9. Biais de projection : En supposant que tout le monde partage les mêmes croyances, attitudes ou connaissances que nous, nous avons du mal à comprendre les points de vue différents.
  10. Biais de surconfiance : Une personne surestime ses propres compétences ou connaissances dans un domaine donné, ce qui peut la conduire à prendre des décisions risquées.
Retour en haut